juin 06

Nouveau partenariat entre COSMOSS et la Fondation Lucie et André Chagnon pour le développement des jeunes du Bas-Saint-Laurent

Publié le 6 juin 2017 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

C’est devant une assemblée rassemblant 180 partenaires et décideurs du Bas-Saint-Laurent que les présidents de la démarche COSMOSS et de la Fondation Lucie et André Chagnon, MM. Gérald Beaudry et Jean-Marc Chouinard, ont annoncé la conclusion d’un nouveau partenariat de 7,5 M$ pour 5 ans, jusqu’en 2022, pour appuyer le travail de la démarche COSMOSS pour le développement des enfants et des jeunes. Ce soutien s’ajoute à l’entente signée en 2016 avec Avenir d’enfants, Québec en Forme et le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent. Elle porte donc le partenariat à 13 M$ pour l’action locale et régionale en faveur des jeunes de la région.

Le président régional de la démarche COSMOSS, M. Gérald Beaudry s’est dit fier de cette reconnaissance : « Cette collaboration avec la Fondation Chagnon est le fruit de plusieurs années d’échanges entre les deux partenaires. Nous recevons cet appui comme une reconnaissance claire de la plus-value de notre travail concerté pour le bien-être et la réussite de tous les jeunes, piliers de l’avenir de notre société ».

« Le soutien de la Fondation s’ajoute à la contribution de multiples acteurs du Bas-Saint-Laurent qui sont engagés et qui travaillent ensemble à la création de conditions durables visant à prévenir la pauvreté par la réussite éducative de tous les jeunes de la région. Nous sommes très heureux de participer à cet effort collectif », a souligné Jean-Marc Chouinard, président de la Fondation Lucie et André Chagnon.

Les résultats concrets de la démarche COSMOSS dans les huit territoires de MRC du Bas-Saint-Laurent faisaient d’ailleurs l’objet de présentations lors de cette Assemblée régionale des partenaires. Des exemples d’initiatives ayant réussi à prévenir les troubles du langage, à augmenter la pratique de l’activité physique et de la lecture dans les familles ou à raccrocher des jeunes à l’école, y étaient partagés. Ces actions ont été réalisées en partenariat avec un ensemble d’intervenants, dont les services de garde, écoles, municipalités, organismes communautaires et acteurs des réseaux de l’emploi, de l’éducation et de la santé, tous fort impliqués dans la démarche COSMOSS.

« Il est très stimulant de pouvoir témoigner des changements apportés par COSMOSS pour permettre aux enfants de vivre un parcours personnel et scolaire enrichissant, grâce à une communauté bienveillante », de dire M. Beaudry. Il ajoute que « cela démontre qu’avec des actions préventives, concertées et bien ciblées nous pouvons relever des défis majeurs. »

À propos de COSMOSS Bas-Saint-Laurent

COSMOSS est une démarche de mobilisation locale et régionale qui s’appuie sur l’engagement des réseaux de la santé, du municipal, de l’éducation, des services de garde et du milieu communautaire pour améliorer la santé et le bien-être des jeunes, de leur conception jusqu’à l’âge de 30 ans. Cette initiative, unique au Québec, s’inscrit dans une perspective globale de prévention des inégalités sociales et de santé. La démarche existe depuis 2004.

Légende de la photo (de gauche à droite) :

Monsieur Gérald Beaudry, président de la démarche COSMOSS Madame Emma Savard, directrice générale de COSMOSS Bas-Saint-Laurent Monsieur Jean-Marc Chouinard, président de la Fondation Lucie et André Chagnon

déc. 16

Les partenaires de la démarche COSMOSS se mobilisent pour un Québec en santé

Publié le 16 décembre 2016 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Rimouski, le 14 décembre 2016 – Les partenaires de la démarche COSMOSS (Communauté Ouverte et Solidaire pour un Monde Outillé, Scolarisé et en Santé), se joignent aux 770 organisations influentes qui appuient le Regroupement pour un Québec en santé. Ce vaste mouvement collectif réclame au gouvernement du Québec qu’il mette en œuvre immédiatement un plan concerté et ambitieux de prévention en santé et d’intégration des saines habitudes de vie dans le quotidien des citoyens des Québécoises et des Québécois.

« La démarche COSMOSS est un modèle de concertation intersectorielle en faveur de la santé et du bien-être des jeunes, et c’est grâce à des acteurs locaux et régionaux engagés, comme eux, que la norme sociale sur les saines habitudes de vie a évolué positivement, témoigne Sylvie Bernier, membre de l’exécutif du Regroupement pour un Québec en santé. Il importe plus que jamais de poursuivre et d’intensifier les efforts. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement d’investir dans la prévention en santé, notamment en limitant la consommation des produits qui nuisent à la santé par une hausse de la taxe sur le tabac et l’implantation d’une taxe sur les boissons sucrées. » 

« Comme directeur de santé publique, s'il n'y avait qu'un seul médicament que je pouvais prescrire pour améliorer la santé tant physique que psychologique de la population du Bas-Saint-Laurent, ce serait : de bouger davantage. Seulement, pour cela, il faudrait qu'il y ait encore plus d'environnements qui favorisent la pratique d'activités physiques, de transport actif, ou de loisirs au quotidien », a déclaré Sylvain Leduc, directeur de la santé publique du CISSS du Bas-Saint-Laurent.

De son côté, Jérôme Landry, maire de Matane, rappelle l’importance du rôle des municipalités à cet égard : « Plusieurs compétences qui relèvent directement des municipalités ont une forte influence sur la qualité de vie de la population. Par nos actions dans le domaine de l’urbanisme, des infrastructures et des loisirs, notamment, nous avons la possibilité d’inciter les citoyens à demeurer actifs et nous avons toujours cette préoccupation à l’esprit. À titre d’exemple, pensons aux activités estivales de Matane été éclaté, au projet d’aménagement urbain de l’avenue Saint-Jérôme, au projet de prolongement de la piste cyclable et à l’aménagement du parc Denise-Bouffard à Petit-Matane. »

Pour Marie-Claude Desbiens, directrice générale du CPE de Rivière-du-Loup, il est aussi primordial d’agir en faveur de l’adoption d’une saine alimentation, et ce, dès la petite enfance : « Grâce à la formation et au soutien du projet À nos marmites : 1, 2, 3… Santé!, nous avons revu nos façons de planifier, cuisiner et partager les repas et les collations avec les enfants. Pour y arriver, on a travaillé ensemble : du conseil d’administration à la cuisinière, en passant par la direction, les éducatrices et les parents. Pour l’avenir, nous allons travailler sur l’offre alimentaire en continu et sur les messages que nous envoyons aux enfants au sujet de la diversité corporelle. »

Afin que les actions se continuent, le Regroupement pour un Québec en santé demande au gouvernement de poursuivre et d’intensifier les investissements.

« Favoriser l’adoption de saines habitudes de vie c’est aussi favoriser le développement global, la réussite éducative, la persévérance scolaire et l’intégration sociale de nos jeunes, mentionne Emma Savard, directrice générale de COSMOSS. C’est pourquoi nous invitons tous les acteurs et les citoyens de la région du Bas-St-Laurent à appuyer le Regroupement pour un Québec en santé en visitant le pourunquebecensante.org. »

À propos de COSMOSS
COSMOSS est une démarche de mobilisation locale et régionale qui s’appuie sur l’engagement des réseaux de la santé, du municipal, de l’éducation, de l’emploi, des services de garde et du milieu communautaire pour améliorer la santé et le bien-être de jeunes, de leur conception jusqu’à l’âge de 30 ans. Cette initiative, unique au Québec, s’inscrit dans une perspective globale de prévention des inégalités sociales et de santé. La démarche COSMOSS existe depuis 2004.

À propos du Regroupement pour un Québec en santé
Le Regroupement pour un Québec en santé (RQS) mobilise les décideurs de tous les milieux de vie qui ont un impact sur les habitudes de vie des Québécois. Un tel regroupement est sans pareil au Québec. Il vise l’implantation d’environnements favorables à un mode de vie sain, en réponse aux attentes de la population québécoise. Regroupant plus de 770 organisations, le RQS lance un appel au gouvernement afin qu’il soit possible de poursuivre et intensifier les efforts collectifs en vue d’une plus grande qualité de vie des citoyens et des citoyennes vivant au Québec.  

-30-

Source : COSMOSS et Regroupement pour un Québec en santé
Renseignements :
Emma Savard
Directrice générale de COSMOSS
418 724-6440, poste 237
esavard@cosmoss.qc.ca

Pour coordonner des entrevues avec Sylvie Bernier :
Ariane Richard
Morin Relations Publiques
438 822-2845
ariane@morinrp.com

nov. 21

Une nouveauté au Bas-Saint-Laurent : La première édition de la « Grande semaine des tout-petits » du 20 au 26 novembre 2016

Publié le 21 novembre 2016 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Rimouski, le 18 novembre 2016 - Les partenaires de la démarche COSMOSS invitent la population à célébrer la toute première édition de la Grande Semaine des tout-petits du 20 au 26 novembre prochain! La petite enfance est une priorité incontournable. D’ailleurs, la nouvelle Politique gouvernementale de prévention de la santé et le Plan d’action régionale en santé publique 2015-2020 soulignent l’importance de travailler auprès des enfants et de contribuer collectivement au bien-être des tout-petits. D’ici 2025, le Québec souhaite augmenter à 80 % la proportion d’enfants qui commencent leur scolarité sans présenter de facteurs de vulnérabilité pour leur développement. Pour y arriver, la contribution de l’ensemble de la collectivité est essentielle.

La « Grande semaine des tout-petits »
Du 20 au 26 novembre 2016, au Bas-Saint-Laurent, des activités permettront de sensibiliser et de mobiliser l’ensemble de la population à l’importance de cette étape déterminante, qu’est la petite enfance dans la vie de chaque personne.

COSMOSS
Tout au cours de la semaine, des informations issues de l’Observatoire des tout-petits sur l’état de bien-être des enfants et des parents seront présentées sur la page Facebook de COSMOSS Bas-Saint-Laurent. Plusieurs organisations ont planifié des activités. Le calendrier de celles-ci sera disponible sur le site WEB de COSMOSS, sur celui de la « Grande semaine des Tout- petits et sur celui du CISSS du Bas-Saint-Laurent ».

Le Bas-Saint-Laurent est heureux d’être une région bienveillante pour les enfants et nous sommes engagés à réduire les inégalités. Agir pour les enfants permet de prévenir plusieurs problématiques à l’âge adulte et, de plus, il est clairement démontré que chaque dollar investi dans le développement de la petite enfance permet d’économiser jusqu’à 9 $ en services de santé, sociaux et juridiques », de dire Monsieur Gérald Beaudry, président régional de la démarche COSMOSS.

Journée internationale des droits de l’enfant le 21 novembre 2016
Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent s’associe à cette journée internationale dont elle fait la promotion chaque année, pour amorcer les activités de la « Grande semaine des tout-petits ». Ainsi, le CISSS invite tous les intervenants et les décideurs à signifier leur appui en portant l’étoile symbolisant la Journée internationale des droits de l’enfant. « Instauré depuis les trois dernières années, en portant fièrement cette étoile, les gens affirment que le bien-être des enfants est une responsabilité collective. Ils se reconnaissent le devoir de tout mettre en œuvre pour que chaque enfant puisse commencer sa vie dans des conditions favorables à son développement. Plus de … étoiles seront distribuées auprès des intervenants bas-laurentien », de souligner Mme Anne Duret, directrice du programme jeunesse et directrice de la protection de l’enfance et de la jeunesse au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

-30-

Source : Lise Chabot
Cadre intermédiaire aux communications stratégiques
à la présidence-direction générale
Responsable des relations avec la presse
418 734-2112 (bureau)
418 509-9560 (cellulaire)

oct. 06

Lancement du livre Pour un Québec en Forme au Bas-St-Laurent

Publié le 6 octobre 2016 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Un recueil d'histoires authentiques qui démontre l'important mouvement en faveur des saines habitudes de vie au Québec

Comme quoi de petits gestes accomplis par des milliers de passionnés mènent à de grandes réalisations!

Rivière-du-Loup, le 5 octobre 2016 - Depuis 10 ans, une véritable vague de changement en faveur des saines habitudes de vie déferle sur le Québec. Insufflé par Québec en Forme dans les écoles, les municipalités, les centres de la petite enfance et des milliers d’organismes de toutes les régions de la province, ce mouvement poursuit une mission essentielle : encourager les jeunes à adopter et maintenir de saines habitudes de vie.

Pour témoigner de la vitalité de ce mouvement et inviter toute la société à s'y joindre, Québec en Forme partage son expérience dans le livre Pour un Québec en Forme lancé aujourd’hui. Disponible gratuitement par téléchargement (http://pourunquebecenforme.org/), cet ouvrage se présente sous la forme d'un recueil d’histoires vécues par des gens passionnés qui ont contribué à un changement dans la société.

Ce livre foisonne d'initiatives aussi inspirantes que réussies notamment le projet À nos marmites : 1,2,3…santé!, une initiative qui a vu le jour au Bas-Saint-Laurent, en plus des cours d'école actives et animées par de jeunes leaders, programme pour faire découvrir les plaisirs de l'activité physique aux adolescentes, etc.

« Le mouvement des saines habitudes de vie a pris forme un petit geste à la fois. Ce livre témoigne des changements qui se sont opérés au Québec par des intervenants de tous les milieux, pour encourager les jeunes à adopter de saines habitudes de vie. Mais il nous rappelle aussi l’importance de poursuivre le travail, ici, au Bas-Saint-Laurent. En ce sens, il nous invite à écrire la suite de l’histoire et à maintenir bien vivant ce grand mouvement dans notre région, comme partout au Québec », d’expliquer Emma Savard, directrice générale, démarche COSMOSS.

Transformer les environnements
Toutes ces belles réalisations ont un dénominateur commun : plutôt que de seulement inciter les jeunes à bouger et à bien manger, elles visent à transformer les environnements pour les rendre plus favorables aux saines habitudes de vie. Pourquoi travailler sur les environnements ? Parce qu'on sait aujourd'hui que même si les gens sont motivés à changer leurs habitudes, ils se heurtent souvent à toute une série d'obstacles de nature physique, économique, sociale ou politique dans leur environnement immédiat. Des barrières qui freinent leur élan à devenir physiquement plus actif et qui limitent leur accès à une saine alimentation.

Pour un Québec en Forme fait la preuve que, avec un savant mélange de bonne volonté, d'audace et de concertation, il est possible de renverser la tendance en facilitant l’adoption d’un mode de vie plus actif et d’une alimentation plus saine, et ce, par la modification des environnements. L'enjeu est fondamental, car l'épidémie de surpoids et d'obésité représente un problème de santé publique majeur qui compromet non seulement la qualité de vie et l'avenir de nos jeunes, mais également la viabilité économique de notre système de santé.

« Québec en Forme, c’est 10 ans de partenariat entre le gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon. Par la publication de ce livre, nous voulons non seulement saluer le travail et l’engagement des gens que nous avons soutenu au fil de ces années, mais également démontrer qu’ensemble, il est possible de renverser la tendance. Le choix d’histoires a certainement été l’étape la plus difficile à réaliser dans ce projet parce qu’il en existe des milliers aussi inspirantes les unes que les autres, et qui font la différence à leur façon. Chapeau à tous ceux qui ont contribué au plus important mouvement sur les saines habitudes de vie », de préciser Sylvain Deschenes, directeur mobilisation des communautés de Québec en Forme.

Pour télécharger le livre gratuitement : http://pourunquebecenforme.org/
Pour suivre Québec en Forme :
- Site Web
- Facebook
- Twitter

À propos de Québec en Forme
Québec en Forme, issu d’un partenariat entre la Fondation Lucie et André Chagnon et le gouvernement du Québec, a soutenu des milliers d’initiatives et de projets à travers le Québec et au sein des communautés autochtones, principalement auprès des milieux défavorisés.

-30-

Pour de plus amples renseignements :

Marie-Anik L’Allier
ma@malallier.com
514 507-6299
514 983-8236

Camille Asselin
camille@malallier.com
514 507-6299

avril 12

APPUYÉE PAR SES PARTENAIRES, LA DÉMARCHE COSMOSS CONVIENT D’UN NOUVEAU MODÈLE RÉGIONAL JUSQU’EN 2020

Publié le 12 avril 2016 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Rimouski, le 12 avril 2016 – Les directions générales d’Avenir d’enfants et de Québec en Forme se sont jointes à la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, madame Isabelle Malo, pour rendre publique la signature d’une nouvelle Entente de partenariat régionale COSMOSS 2016-2020. Cette entente consolide la démarche COSMOSS jusqu’en 2020 avec un soutien financier actuellement confirmé de 5 652 999 $ pour l’action locale concertée en faveur des jeunes et l’accompagnement des communautés.

Le président régional de la démarche COSMOSS, monsieur Gérald Beaudry, a expliqué qu’Avenir d’enfants, Québec en Forme, le CISSS ainsi que la Fondation Lucie et André Chagnon ont accepté de réunir leurs ressources dans une entente régionale pour faciliter le travail sur le terrain : « Les partenaires locaux n’auront plus à s’adapter à différents fonds dans le cadre de COSMOSS. Il s’agit d’un modèle allégé et régionalisé qui témoigne d’une grande confiance en la région. Ces leviers ont été réunis dans une seule entente pour diminuer la charge administrative des organisations locales et concentrer nos énergies à répondre aux besoins des jeunes. C’est un changement de pratique important pour l’action locale et régionale. »

La présidente-directrice générale du CISSS, madame Isabelle Malo, a précisé que ce partenariat appuie les travaux locaux en faveur des enfants et des jeunes. « Il s’agit d’une entente ouverte. Nos prochains partenaires seront invités à s’inscrire dans ce nouveau modèle d’intervention qui nous permettra de poursuivre ensemble l’action en prévention, le réseautage intersectoriel ainsi que la complémentarité des services, au bénéfice de nos jeunes bas-laurentiens. »

La directrice générale d’Avenir d’enfants, madame Julie Dostaler, et le directeur général de Québec en Forme, monsieur Éric Lamothe, ont exprimé leur fierté à s’associer à ce modèle en raison de l’impact reconnu de COSMOSS. Ils se sont dits convaincus que les efforts des organisations locales et régionales du Bas-Saint-Laurent, autour des mêmes objectifs et stratégies précises depuis maintenant douze ans, donnent à COSMOSS la capacité d’apporter des changements réels dans la vie des jeunes.

L’accompagnement des milieux pour une meilleure concertation porte ses fruits, comme en témoigne la directrice générale de la Commission scolaire des Phares, madame Madeleine Dugas, qui a cité en exemple le taux de diplomation au secondaire au Bas-Saint-Laurent, le meilleur au Québec, ainsi que le développement dans les huit territoires de MRC d’initiatives permettant aux services de garde éducatifs et aux écoles primaires de préparer l’entrée des enfants à la maternelle.

Le président de la Fondation Lucie et André Chagnon, monsieur Claude Chagnon, a également exprimé son appui à la démarche COSMOSS : « Je suis heureux de voir que d’aussi nombreux partenaires unissent leurs efforts pour accompagner les jeunes de la région du Bas-Saint-Laurent. Il est primordial d’avoir une vision globale du développement des jeunes, dès leur petite enfance et tout au long de leur parcours jusqu’à l’âge adulte. La démarche COSMOSS le fait de façon efficace, cohérente et adaptée aux besoins de la région. »   COSMOSS est une démarche de mobilisation locale et régionale qui s’appuie sur l’engagement des réseaux de la santé, du municipal, de l’éducation, de l’emploi, des services de garde et du milieu communautaire pour améliorer la santé et le bien-être de jeunes, de leur conception jusqu’à l’âge de 30 ans. Cette initiative, unique au Québec, s’inscrit dans une perspective globale de prévention des inégalités sociales et de santé. La démarche COSMOSS existe depuis 2004.

-30-

nov. 17

Le Bas-Saint-Laurent atteint le meilleur taux de diplomation au Québec

Publié le 17 novembre 2015 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Rimouski, le 16 novembre 2015 – Après avoir atteint le premier rang du plus faible taux de décrochage scolaire au Québec, le Bas-Saint-Laurent présente aussi le meilleur taux de diplomation du réseau public. C’est ce qu’indiquent les plus récentes données disponibles du ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche . La région du Bas-Saint-Laurent est maintenant première dans le classement des régions avec un taux de diplomation et de qualification après sept ans au secondaire de 78,6 %. Le taux de diplomation présenté dans ce document représente la proportion des élèves qui ont obtenu un diplôme ou une qualification du secondaire au plus 7 ans après leur première inscription en 1er secondaire à l’automne 2007 que ce soit à la formation générale des jeunes, à l’éducation générale des adultes, ou en formation professionnelle.

Selon madame Madeleine Dugas, directrice générale par intérim de la Commission scolaire des Phares, ces chiffres témoignent d’une progression importante au Bas-Saint-Laurent : « Il s’agit d’une augmentation de notre taux de diplomation de 10 % depuis 2002. Beaucoup plus d’élèves du secondaire obtiennent maintenant un premier diplôme. C’est une amélioration majeure. »

« Le Bas-Saint-Laurent est une région très mobilisée autour de la réussite des jeunes. Tous les réseaux y contribuent, tant le milieu scolaire, communautaire, de la santé et des services sociaux, de l’emploi, du municipal, de la petite enfance, que le monde des affaires et les parents. Les gens sont sensibilisés à l’importance d’avoir un diplôme qualifiant dans la vie et notre force collective fait certainement une différence » affirme le président régional de la Démarche COSMOSS et directeur général de la Conférence régionale des éluEs du Bas-Saint-Laurent, monsieur Gérald Beaudry.

Notons que le taux de diplomation des filles demeure plus élevé (à 84,8 %) que celui des garçons (72,9 %). « L’écart entre les garçons et les filles s’est nettement amélioré au cours des dernières années. Mais, il est clair que nous devons tous être très vigilants pour encourager les garçons et leur apporter notre soutien dans leur parcours scolaire » déclare madame Dugas. Selon elle, il s’agit de notre défi pour les prochaines années.

Créée en 2004, COSMOSS est un regroupement volontaire de partenaires qui unissent leurs forces pour améliorer la santé et le bien-être des jeunes de 0 à 30 ans vivant en contexte de vulnérabilité. Plus de 150 organisations communautaires et publiques participent à cette démarche innovatrice et contribuent ainsi au même objectif : donner toutes les chances possibles à tous les jeunes Bas-Laurentiens d’être outillés, scolarisés et en santé.

janv. 29

La persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous!

Publié le 29 janvier 2013 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Rimouski - Pour une 3e année consécutive, le Bas-Saint-Laurent se mobilise pour souligner les Journées de la persévérance scolaire (JPS) qui se tiendront du 11 au 15 février prochain. Encore cette année, COSMOSS Bas-Saint-Laurent est au cœur de cette mobilisation, par le biais de ses partenaires très impliqués pour la réussite éducative des jeunes. En effet, plusieurs activités de sensibilisation et d’intervention ont été organisées sur le territoire tout au long de la semaine pour rappeler aux jeunes, aux parents, aux employeurs et à la communauté que « la persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous! ».

Publicité diffusée sur des cartons de lait Québon 2 litres 2% durant tout le mois de février Tenues annuellement à la troisième semaine de février, les JPS correspondent à une période névralgique durant l’année scolaire pour souligner l’importance de persévérer et pour valoriser les efforts des jeunes de tous les niveaux d’enseignement.

Afin de rallier la population bas-laurentienne autour de la cause, 15 400 des traditionnels rubans verts et blancs seront distribués à travers les réseaux scolaires et les organisations. Porter le ruban de la persévérance scolaire, c’est afficher son engagement et être porteur d’un message d’espoir.

De plus, une publicité sera diffusée sur les cartons de lait Québon 2 litres 2%, pendant tout le mois de février sur les territoires du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et de la Côte-Nord afin de rappeler à la population que chaque petit geste d’encouragement au quotidien peut engendrer une grande différence dans la persévérance scolaire de nos jeunes. Cette campagne est rendue possible grâce à une collaboration avec le Comité RAP (Réussite - Accomplissement - Persévérance) Côte-Nord et le Comité des partenaires de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Du 11 au 15 février, mais aussi tout au long de l’année, prenons du temps pour écouter nos jeunes et les encourager à persévérer, car « la persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous! ».

Quelques activités à surveiller (liste non exhaustive) :

Toutes les MRC :

  • Distribution du bracelet et du ruban de la persévérance aux élèves et au personnel des différentes écoles primaires et secondaires de la région ainsi qu’aux employés de diverses organisations, autant communautaires qu’institutionnelles;
  • Activités en lien avec la persévérance scolaire dans de nombreuses écoles de la région.

MRC de La Mitis et de Rimouski-Neigette :

  • Invitation à un 5 à 7 le 6 février prochain au Musée régional de Rimouski – Lancement de la programmation et témoignages.

MRC de Matane :

  • Tournée de sensibilisation dans toutes les écoles de la MRC et présentation de capsules vidéos;
  • Trousse virtuelle et outils de sensibilisation pour les écoles afin de les soutenir dans leurs activités;
  • Match d’impro à la polyvalente de Matane.

MRC de La Matapédia :

  • Conférence-témoignages de gens du milieu sur le rôle des parents dans la réussite scolaire de nos jeunes;
  • Ateliers sur les métiers à la Maison des Jeunes d’Amqui;
  • Activité de lecture : les jeunes de 6e année racontent des histoires aux jeunes du premier cycle.

Pour en savoir davantage sur les activités organisées dans votre milieu, communiquez avec votre agent de liaison COSMOSS :

Matane : Nancy Bouchard / 418 566-6749, poste 211
La Matapédia : Lyne Desrosiers / 418 629-6200, poste 6060
La Mitis et Rimouski-Neigette : Mélanie Leblanc / 418 775-4466, poste 1717
Rivière-du-Loup : Andrée Duguay / 418 867-2485, poste 230
Kamouraska : Stéphanie Canuel / 418 856-7035, poste 3270
Témiscouata : Sylvain Dionne / 418 854-3421, poste 2941
Les Basques : Maxime Boucher / 418 851-3123, poste 2255

janv. 24

La région se mobilise pour le maintien des services en travail de rue au Bas-Saint-Laurent

Publié le 24 janvier 2013 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

De gauche à droite : Monsieur Michel Lagacé, président de la Conférence régionale des éluEs (CRÉ) du Bas-Saint-Laurent, monsieur Pascal Bérubé, ministre délégué au Tourisme, ministre responsable de la région et député de Matane-Matapédia, ainsi que madame Isabelle Malo, présidente-directrice générale de l'Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent. Crédit photo : courtoisie Le Progrès Écho, Pierre Michaud. Rimouski – La Conférence régionale des éluEs (CRÉ) du Bas-Saint-Laurent annonce que plusieurs partenaires financiers gouvernementaux et régionaux uniront leurs efforts afin d’octroyer un financement de près de 880 000 $ aux services en travail de rue dans la région. La deuxième entente en travail de rue se terminant au 31 mars 2013, la mobilisation de ces divers partenaires permettra le maintien de la démarche pour 2013-2014 et jouera un rôle clé dans la tentative de pérennisation des services pour les années suivantes.

« La CRÉ du Bas-Saint-Laurent tient à souligner l’apport du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire via la direction régionale et le ministre régional, ainsi que le Fonds québécois d'initiatives sociales, qui s’ajoutent aux autres partenaires afin de concrétiser les prochaines années », souligne Michel Lagacé, président de la CRÉ.

Un modèle unique au Québec

La première entente en travail de rue, instaurée en 2008 par une initiative des partenaires COSMOSS, ainsi que l’entente qui a suivie, ont permis de mettre en place un modèle unique de services en travail de rue dont les résultats ont largement dépassé les objectifs de départ. Ces ententes ont rassemblé un ensemble de partenaires financiers, tant fédéral, provincial, régional que local. Depuis 2008, un organisme porteur et deux travailleurs de rue sont présents dans chacune des huit MRC du Bas-Saint-Laurent, ce qui permet de rejoindre majoritairement les jeunes de 12 à 35 ans sur l’ensemble du territoire. Un coordonnateur régional apporte également un soutien aux ressources et s’assure du bon fonctionnement de la démarche.

Le travail de rue se veut une approche volontaire, respectant le rythme des personnes rencontrées. En plus d’être un mode d’intervention de première ligne, il permet aussi d’accompagner les individus dans le besoin vers les ressources de la communauté. Le travail de rue est le lien privilégié qui permet de rejoindre les personnes en situation de vulnérabilité. Il est un moyen efficace dans la prévention des comportements à risque chez les jeunes. « L’investissement dans le travail de rue permet de développer une approche complémentaire au réseau déjà en place afin de rejoindre les clientèles directement dans leur milieu de vie », souligne Isabelle Malo, présidente-directrice générale de l’Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent.

À propos des partenaires

Les partenaires de la nouvelle entente sont l’Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, le Fonds québécois d'initiatives sociales, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, la Conférence régionale des éluEs du Bas-Saint-Laurent, le ministère de la Sécurité publique du Québec, la Commission jeunesse du Bas-Saint-Laurent, Emploi-Québec, le Centre jeunesse du Bas-Saint-Laurent et certains partenaires financiers dans chacune des MRC de la région.

mai 24

COSMOSS lance un tout nouveau site Internet destiné aux familles

Publié le 24 mai 2012 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Les partenaires de la démarche COSMOSS invitent la population du Bas-Saint-Laurent à visiter son tout nouveau site Internet en ligne au www.cosmoss.qc.ca. Avec une navigation et une ergonomie améliorée, cette nouvelle vitrine a été conçue afin de faire rayonner davantage la multitude d’actions déployées par les partenaires de COSMOSS en faveur des jeunes de la région et de leur famille.

Créée en 2004, COSMOSS (Communauté Ouverte et Solidaire pour un Monde Outillé, Scolarisé et en Santé) est un regroupement volontaire de partenaires, provenant de ministères et d’organismes du Bas-Saint-Laurent, qui s’engagent à améliorer la santé et le bien-être des jeunes de 0 à 30 ans vivant en contexte de vulnérabilité. Pour y parvenir, COSMOSS agit sur quatre grands enjeux : l’entrée scolaire réussie, le développement des saines habitudes de vie, la persévérance scolaire et la réussite éducative et finalement une intégration sociale et professionnelle durable.

En plus d’être une excellente source d’information sur toutes les activités qui touchent les jeunes de la petite enfance à l’âge adulte, le nouveau site WEB donne également accès à toute l’information concernant les partenariats de COSMOSS dans chaque territoire de MRC de la région. Il propose aussi une série de documents d’information en lien avec la démarche et ses enjeux. Mentionnons qu’on y retrouve également des actions spécifiques soutenues par Québec en Forme, Avenir d’enfants et Réunir Réussir, des partenaires majeurs de COSMOSS.

févr. 01

Le Bas-Saint-Laurent s’associe aux Journées de la persévérance scolaire via la démarche COSMOSS

Publié le 1 février 2012 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Le Bas-Saint-Laurent s’associe aux Journées de la Persévérance Scolaire (JPS) pour une première édition, du 14 au 18 février 2011, dans le cadre de la démarche COSMOSS. Ces journées représentent un moment névralgique dans l’année pour mobiliser la communauté autour de la persévérance scolaire et pour encourager nos jeunes, les féliciter pour leurs efforts et les écouter quant à leurs motivations. Durant ces cinq jours, six territoires de MRC du Bas-Saint-Laurent (Matane, La Matapédia, La Mitis, Rimouski-Neigette, Rivière-du-Loup et le Kamouraska) proposeront des activités visant à sensibiliser les jeunes sur l’importance de persévérer dans leurs efforts de même qu’à les informer sur les avantages d’un diplôme et les risques du décrochage scolaire.

Le ruban de la persévérance

Durant les JPS, 8 000 rubans verts et blancs, symbolisant la persévérance scolaire, seront portés, à travers le Bas-Saint-Laurent, par les acteurs travaillant auprès des élèves. Porter le ruban, c’est afficher son engagement à soutenir les jeunes dans leurs efforts et leur réussite scolaire.

Activités à surveiller

Dans la région de Matane, un kiosque ambulant exploitant le thème du cinéma sera déployé dans les établissements scolaires. La réalisation d’un court métrage documentaire sur les JPS permettra de garder une trace de cette semaine et servira ensuite de matériel didactique pour les enseignants et les professionnels. Des calendriers motivateurs seront également distribués aux élèves et des affiches seront installées à travers la MRC afin de sensibiliser la population à la persévérance scolaire. Finalement, des employeurs seront invités à signer une entente écrite qui stipule leur volonté de favoriser une conciliation étude/travail. Ils s’engageront ainsi à donner un maximum de 10 h de travail par semaine aux étudiants afin de valoriser la persévérance et la réussite scolaire.

La MRC de La Matapédia de son côté recevra la visite du conférencier illusionniste Étienne Vendette, le lundi 14 février à la Salle Jean-Cossette d’Amqui. À 13 h 30, une représentation sera destinée au milieu scolaire tandis que la population locale pourra profiter du spectacle en soirée dès 19 h 30. Le spectacle est gratuit. Tous les établissements d’enseignement organiseront des activités dans leur milieu durant cette semaine.

Dans La Mitis et Rimouski-Neigette, le conférencier Daniel Courtois sera de passage pour donner deux conférences sur le thème de L’accompagnement relationnel et son impact sur le développement et l’intelligence. Celles-ci auront lieu à l’école du Mistral à Mont-Joli le mardi 15 février à 19 h 00 ainsi qu’à la polyvalente Paul-Hubert de Rimouski le jeudi 17 février à 19 h 00.

Le 14 février, les enseignants, directions d’écoles et diverses personnes-ressources de la Commission scolaire Rivière-du-Loup-Kamouraska seront rassemblés dans le cadre d’une journée de mobilisation sur l’importance d’une transition primaire-secondaire de qualité. Durant cette journée, les rubans de la persévérance scolaire seront distribués auprès des 150 personnes présentes. Celles-ci seront encouragées à devenir ambassadrices et à faire la promotion de la persévérance dans leur milieu.

Finalement, du 15 février au 31 mars, un message d’encouragement pour les jeunes sera diffusé sur 648 000 pintes de lait 2% Québon (2L). Les régions partenaires de cette campagne sont le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et la Côte-Nord.

Du 14 au 18 février, ce sont les Journées de la persévérance scolaire. Prenons du temps pour écouter nos jeunes et les encourager à persévérer. C’est le temps de leur dire «Bravo!» et surtout «Ne lâche pas! Je suis fier de toi!»

À propos de COSMOSS

COSMOSS est un acronyme décrivant la démarche d’une Communauté Ouverte et Solidaire pour un Monde Outillé, Scolarisé et en Santé. Cette démarche de concertation bas-laurentienne, unique au Québec, est un regroupement volontaire de partenaires multisectoriels (ministères et organismes) qui partagent un constat des difficultés rencontrées par les jeunes et qui s’engagent à concrétiser une démarche de collaboration et de continuité de services pour améliorer le parcours des jeunes vivant en contexte de vulnérabilité.

mai 17

Le Bas-Saint-Laurent connaît encore mieux ses enfants de la maternelle

Publié le 17 mai 2011 par COSMOSS Bas-Saint-Laurent

Grâce à une enquête réalisée en mars 2009 auprès de 1 546 enfants des classes maternelles des 4 commissions scolaires de la région, le Bas-Saint- Laurent dispose de renseignements précieux sur les effets des pratiques éducatives actuelles et futures afin d’assurer un développement optimal de nos enfants. Cet échantillonnage représente plus de 90 % de l’ensemble des élèves qui ont fait leur entrée en 1re année à l’automne 2009.

Les cinq mesures spécifiques obtenues par l’Instrument de mesure du développement de la petite enfance (IMDPE) sont :

  • Santé physique et bien-être (motricité fine et globale, propreté, ponctualité, etc.);
  • Compétences sociales (confiance en soi, sens des responsabilités, respect, etc.);
  • Maturité affective (hyperactivité, inattention, expression des émotions, etc.);
  • Développement cognitif et langagier (intérêt et habiletés en lecture et écriture, etc.);
  • Habiletés de communication et connaissance générales (capacité à communiquer de façon à être compris, capacité à comprendre les autres, etc.).

Par ailleurs, les principaux constats de l’exercice mené à l’aide de l’IMDPE sont éloquents :

  • Les trois quarts des enfants sont considérés prêts pour l’école lorsqu’il s’agit de santé physique et de bien-être, de compétences sociales ou de communication et de connaissances générales.
  • Ils ont d’excellentes habiletés de communication, mais leur maturité affective est plus faible, notamment en ce qui a trait à la capacité d’exprimer leurs sentiments (par exemple : comportements d’entraide et d’empathie envers les autres enfants moins fréquents).
  • L’enquête révèle des difficultés relatives au plan du développement cognitif et langagier, et environ les deux tiers des enfants sont considérés prêts pour l’école dans ces deux domaines.
  • Les garçons sont légèrement mieux préparés que les filles, et ce, pour la majorité des domaines de développement.
  • Les enfants vivant en milieu rural se démarquent positivement lorsqu’on les compare aux enfants vivant en milieu urbain.

Des gestes concrets, sur le terrain

Déjà, l’enquête a donné des suites très intéressantes. Des projets sont en cours dans les MRC de la région pour consolider nos capacités d’agir auprès des enfants et des familles, favorisant ainsi une entrée scolaire réussie. Différentes actions sont aussi en place au plan local afin de renforcer le développement des enfants d’une communauté donnée pour qu’ils profitent des apprentissages offerts par le milieu scolaire. À titre d’exemple, mentionnons les programmes en périnatalité, les passerelles pour faciliter la transition vers l’école, dont le projet Aide-moi à entrer à l’école, et des trousses de stimulation langagière.

Mme Marie-Josée Pineault, de la Direction de santé publique et des soins de santé primaires à l’Agence du Bas-Saint-Laurent, souligne l’importance de s’intéresser à la petite enfance et d’intensifier les actions de prévention dès la grossesse : « La recherche en neurosciences a largement démontré que les cinq premières années de vie d’un enfant sont cruciales pour son développement physique, intellectuel et socioaffectif. Des liens clairs ont été établis entre l’investissement dans la petite enfance et une amélioration significative à long terme de la vitalité d’une société, tant au niveau social qu’au niveau économique. »

Le directeur général de la Commission scolaire des Phares, M. Jean-François Parent, réitère, quant à lui, l’importance de l’entrée à l’école : « C’est une étape déterminante dans la vie d’un enfant et dans son parcours scolaire. Les enfants qui traversent cette étape de façon positive ont plus de chance de réussir à l’école et ainsi persévérer jusqu'à l’obtention d’un diplôme qualifiant, ce qui représente en quelque sorte un passeport pour la vie. »

Pour Annie Simard, directrice du territoire de l’Est pour Avenir d’Enfants : « La prévention, le dépistage et l’intervention précoce constituent les premières actions pour soutenir la réussite des jeunes. Les différents réseaux de services doivent impliquer les parents et la communauté et poursuivre les efforts de mobilisation et de partenariat, et ce, le plus près possible des milieux de vie des enfants. »

Les résultats régionaux de l’Enquête IMDPE ont été présentés aux directions et organisations régionales concernées par le développement de la petite enfance et une tournée des tables des partenaires COSMOSS a permis de présenter aux acteurs locaux des différents secteurs, les résultats de leur territoire et de convenir des suites à apporter dans l’offre de service. Près de 350 personnes ont assisté à l’une ou l’autre des présentations effectuées de janvier à mai 2010.

La réalisation de cette enquête a été rendue possible grâce à la collaboration des partenaires COSMOSS, particulièrement les commissions scolaires, Avenir d’Enfants, la Direction régionale du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, et la Direction de santé publique et des soins de santé primaires du Bas-Saint-Laurent.