Favoriser une entrée scolaire réussie

Conte animé des Trois petits cochons – Re-Source Familles, Cabano (Photo : Marie-Claude Hamel)

Une entrée scolaire réussie, c’est un passeport qui permet d’entrer de plain-pied dans la vie active.

COSMOSS Bas-Saint-Laurent fait de cet enjeu une priorité. Notre vision : donner à tous les enfants toutes les chances pour favoriser leur entrée à l’école et, ultimement, leur persévérance scolaire. Car la persévérance scolaire, ça se prépare bien avant l’entrée à la maternelle!

« Réussir » son entrée scolaire signifie que l’on a acquis certaines compétences essentielles pendant les années qui précèdent l’entrée à l’école. Pour développer ces compétences, plusieurs facteurs doivent être réunis : une bonne stimulation de l’enfant, un soutien adéquat aux parents ainsi qu’aux différentes facettes du développement de l’enfant.

Pour agir concrètement sur cet enjeu, le comité Petite enfance de COSMOSS Bas-Saint-Laurent s’est donné comme objectifs de :

  • favoriser le développement global des enfants de moins de cinq ans (tout en reconnaissant le rôle prépondérant des parents) vivant en situation de pauvreté afin d’encourager la réussite de leur entrée scolaire
  • promouvoir les pratiques exemplaires auprès des enfants et de leurs familles
  • assurer le suivi et appuyer les projets soutenus par Avenir d’enfants (volet -9 mois à 5 ans)

    Le comité s’assure aussi que tous les organismes et intervenants qui oeuvrent auprès des -9 mois – 5 ans agissent en synergie, dans un continuum de service et dans une optique de mobilisation de toute la communauté.



L’Instrument de mesure du développement de la petite enfance (IMDPE)

Une enquête importante a été réalisée en mars 2009 auprès de plus de 1500 enfants des classes maternelles des quatre commissions scolaires de la région. Elle permet au Bas-Saint-Laurent de disposer de renseignements précieux sur les effets des pratiques actuelles afin d’assurer un développement optimal de nos enfants.

Les cinq domaines de développement mesurés par l’enquête IMDPE (Instrument de mesure du développement de la petite enfance) sont :

  • la santé physique et bien-être (motricité fine et globale, propreté, ponctualité, etc.)
  • les compétences sociales (confiance en soi, sens des responsabilités, respect, etc.)
  • la maturité affective (hyperactivité, inattention, expression des émotions, etc.)
  • le développement cognitif et langagier (intérêt et habiletés en lecture et écriture, etc.)
  • les habiletés de communication et les connaissances générales (capacité à communiquer de façon à être compris, capacité à comprendre les autres, etc.)

Dans chaque territoire de MRC, l’enjeu de l’entrée scolaire réussie est au cœur des préoccupations et des actions de COSMOSS, et ce, en fonction, des réalités locales et des besoins identifiés par chaque communauté. Pour en savoir plus, visitez la section dédiée à votre MRC.

Cet enjeu est soutenu financièrement par Avenir d’enfants.

Le Parcours d’intégration des enfants handicapés en service de garde

Pour certains enfants, la marche à franchir pour réussir leur entrée scolaire est encore plus haute que pour d’autres. C’est pourquoi un Parcours d’intégration des enfants handicapés en service de garde a été conçu.

Le Parcours d’intégration est un concept, une vision qui prône la mise en commun des expertises des gestionnaires et des intervenantes des réseaux de la petite enfance, de la santé et des services sociaux, de l’éducation, des municipalités et des rganismes communautaires. Concrètement, la synergie qui sera établie entre les partenaires peut s’opérationnaliser par des canaux de communication efficients et la mise en place de passerelles lors des transitions entre les groupes d’âge. Un guide présenté sous forme de cartable facilite la mise en place du Parcours d’intégration.

Le Parcours d’intégration est une réalisation des membres de la Table régionale pour l’intégration en service de garde des enfants ayant des besoins particuliers au Bas-Saint-Laurent.

Avenir d’enfants

Avenir d’enfants a pour mission de soutenir la mobilisation des communautés locales autour du développement global des enfants âgés de cinq ans et moins vivant en situation de pauvreté afin que chacun d'eux ait toutes les chances d'avoir un bon départ dans la vie.

Créé à l’initiative conjointe du gouvernement du Québec et de la Fondation Lucie et André Chagnon, cet organisme à but non lucratif offre un accompagnement et un soutien financier aux actions concertées et aux projets élaborés par les communautés qui visent à :

  • encourager le plus tôt possible le développement global des enfants sur tous les plans (physique, psychologique, cognitif, langagier social et affectif), tout en reconnaissant le rôle prépondérant des parents;
  • appuyer les parents, dès le début de la grossesse, en leur procurant les outils les plus à même de contribuer à ce développement;
  • promouvoir l'innovation ainsi que l'acquisition et le transfert de connaissances dans ces domaines.

Favoriser le développement des saines habitudes de vie

Promenade en raquette au grand air (Photo : Julie Carré)

Favoriser une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif, c’est un pas vers la santé et vers une meilleure estime de soi. L’adoption de saines habitudes de vie représente de plus un critère déterminant pour la réussite éducative.

Pour favoriser l’adoption de ces saines habitudes auprès des jeunes, COSMOSS et ses partenaires agissent à la fois sur les facteurs individuels, l’environnement et la norme sociale.

Les facteurs individuels font référence au jeune lui-même. Nos actions visent d’une part à rejoindre le jeune en contribuant au développement de son esprit critique et de sa capacité à faire des choix. D’autre part, certaines de nos actions visent son milieu de vie (maisons des familles, centres de la petite enfance, écoles, etc.), afin que celui-ci agisse de façon positive sur le jeune.

Pour favoriser un environnement sain, les infrastructures auxquelles les jeunes ont accès doivent être favorables à sa santé. Enfin, agir sur la norme sociale, c’est travailler à la dénormalisation (par exemple du tabac) et au changement de certaines perceptions (par exemple : les fruits, c’est bon!).

Des comités de travail veillent à ce que tous les volets de cet enjeu soient pris en compte :

  • Comité sécurité alimentaire

    Objectif : Poursuivre ou renforcer la mise en œuvre d’initiatives favorisant l’accès aux aliments sains, notamment pour les populations économiquement défavorisées (accès à une saine alimentation pour tous).

  • Comité mode de vie physiquement actif

    Objectif : Augmentation de la participation des élèves à des activités physiques et sportives (redéploiement de programmes existants).

  • Comité de suivi de l’implantation de Vélo-Québec

    Quatre écoles de la MRC Rimouski-Neigette participent actuellement à un projet pilote. À suivre!

  • Projet régional – À nos marmites : 1,2,3 santé!

    Le projet À nos marmites : 1,2,3 santé! vise la création d’environnements favorables à l’adoption d’une saine alimentation par le développement des compétences (perfectionnement) des responsables de cuisines des centres de la petite enfance, des responsables en milieu de garde familial ainsi que les organisations et les évènements dédiés à la petite enfance.

    Un accompagnement, de la formation ainsi que des outils favoriseront une offre alimentaire saine aux enfants. Pour en savoir plus :

Grâce à des actions concrètes et concertées, COSMOSS et ses partenaires contribuent à apporter un changement social en ce qui touche les habitudes de vie. Dans chaque MRC, l’enjeu des saines habitudes de vie est au cœur des préoccupations et des actions de COSMOSS. Pour en savoir plus, visitez la section dédiée à votre MRC ou consultez les documents Planification stratégique Québec en forme (2011-2014) (2Mo) et Sommaire du plan d’action gouvernemental de promotion des saines habitudes de vie et de prévention des problèmes reliés au poids (2006-2012) (48ko) .

Cet enjeu est soutenu financièrement par Québec en forme.

Québec en Forme

Québec en Forme a pour mission de mobiliser les personnes et toute la société québécoise pour agir en faveur de l’adoption et du maintien d’un mode de vie physiquement actif et d’une saine alimentation, essentiels au plein développement des jeunes Québécois. Les stratégies déployées par Québec en Forme visent l’amélioration du comportement des jeunes de la naissance à 17 ans.

Pour actualiser sa mission, Québec en Forme apporte un soutien à des projets locaux, régionaux et nationaux, et ce, en privilégiant trois grandes orientations : la mobilisation des communautés, la modification des environnements et la transformation de la norme sociale.

Partenaire de la démarche COSMOSS, Québec en forme apporte un soutien aux 8 regroupements de partenaires locaux dédiés au développement des saines habitudes de vie ainsi qu’au comité régional saines habitudes de vie par le biais du projet régional À nos marmites 1,2,3,Santé! Un soutien financier est aussi apporté pour la réalisation de la démarche d’évaluation COSMOSS.

Pour joindre l’équipe régionale de Québec en Forme :

Encourager la persévérance scolaire et la réussite éducative

Service de garde, Mont-Joli (Photo : Marie-Claude Hamel)

Tous les enjeux priorisés par COSMOSS culminent en quelque sorte autour de la persévérance scolaire et de la réussite éducative des jeunes.

Différents facteurs ou situations influencent — positivement ou négativement — la persévérance et la réussite scolaires des jeunes. Généralement, ces facteurs (ou déterminants) sont regroupés en quatre catégories : les facteurs familiaux, les facteurs personnels, les facteurs scolaires et les facteurs environnementaux ou sociaux (reliés au milieu de vie, à la communauté). Le cumul de plusieurs facteurs de risque augmente la probabilité qu’un jeune abandonne ses études.

COSMOSS intervient plus particulièrement auprès de la clientèle la plus vulnérable, bien que certaines actions s’adressent à l’ensemble de la population. Nos actions ciblent les facteurs de protection qui, lorsqu’ils sont pésents dans la vie d’un jeune, favorisent la persévérance scolaire :

  • les facteurs personnels
    • sur le plan social (association à des pairs, conduites sociales, autocontrôle)
    • sur le plan des habitudes de vie (alimentation, activités physiques, tabac-alcool-drogue, conciliation travail-études)
    • sur le plan de la santé et du bien-être (sentiment dépressif, estime de soi)
    • sur le plan cognitif (rendement scolaire en lecture, écriture et mathématique, motivation, aspirations scolaires et professionnelles)
  • les facteurs familiaux
    • valorisation de l’éducation
    • encadrement parental
    • relations école-famille-communauté
  • les facteurs environnementaux et sociaux (milieu de vie, communauté)
    • contexte socioculturel et économique
    • quartier de résidence-voisinage
    • ressources
  • les facteurs scolaires
    • note : cet aspect est pris en charge directement par les établissements scolaires et non pas par COSMOSS

Les Journées de la persévérance scolaire

Les Journées de la persévérance scolaire, organisées dans chacune des 8 MRC du Bas-Saint-Laurent en février 2012 (et dans 4 d’entre elles en 2011, pour la première édition), constituent une occasion unique de sensibiliser l’ensemble de la communauté sur l’importance de cet enjeu.

Lors de ces Journées, plusieurs partenaires se mobilisent pour la persévérance scolaire afin de rassembler la communauté autour des jeunes pour leur parler d’effort, de persévérance, des risques du décrochage scolaire et des avantages reliés à l’obtention d’un diplôme. Il s’agit aussi de rappeler à la population que la persévérance scolaire, c’est l’affaire de tous et que chaque jeune a besoin d’encouragements chaque jour!

Pour plus d’information sur les Journées de la persévérance scolaire, visitez le site des Instances régionales de concertation sur la persévérance scolaire et la réussite éducative du Québec.   Les communautés du Bas-Saint-Laurent se sont véritablement mobilisées autour de l’enjeu de la persévérance scolaire et de la réussite éducative. COSMOSS peut compter sur des partenaires qui partagent une vision commune et qui mettent tout en œuvre pour favoriser la persévérance scolaire des jeunes. Pour en savoir plus, visitez la section dédiée à votre MRC.

Cet enjeu est soutenu financièrement par Réunir Réussir.

Réunir Réussir

Réunir Réussir est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de soutenir des initiatives provenant d’instances régionales mobilisées (IRM), telles que COSMOSS, autour de la persévérance scolaire et la réussite éducative des jeunes Québécois.

R2 a pour objectif de jouer un rôle de rassembleur auprès des acteurs sur le terrain, puisque chaque région possède les ressources et l’expertise nécessaires pour améliorer collectivement la réussite éducative de ses jeunes.

La stratégie de soutien se déploie en quatre volets d’action afin de permettre aux acteurs sur le terrain de travailler collectivement à la persévérance scolaire des jeunes Québécois. R2 se consacre ainsi à soutenir :

  • les démarches de mobilisations et d’actions régionales et locales en persévérance scolaire
  • le courtage et le partage des connaissances et des bonnes pratiques
  • la persévérance scolaire des clientèles autochtones
  • la création d’un espace interrégional menant à un réseau d’échange de pratiques pour les IRM

Favoriser une intégration sociale et professionnelle durable

CLIP – Plateau de travail en ébénisterie – Tremplin Travail, Amqui (Photo : Marie-Claude Hamel)

Le passage à la vie adulte est une étape charnière dans la vie d’un jeune. Différents défis, obstacles et opportunités jalonnent alors son cheminement : l’accès graduel à l’autonomie, l’intégration au marché du travail, etc.

Certains jeunes sont moins outillés que d’autres pour franchir cette étape. Nombreux sont ceux qui ne possèdent pas les compétences et les ressources pour assumer pleinement les rôles et responsabilités liés à cette transition de vie. Qui plus est, le soutien familial dont ils bénéficient est parfois inadéquat, sporadique, voire carrément inexistant.

Les champs d’intervention auprès de ces jeunes sont donc multiples : logement, santé, santé mentale, dépendances, difficultés relationnelles, endettement, transport, raccrochage scolaire, etc.

En choisissant de faire de l’intégration socioprofessionnelle des jeunes un enjeu à part entière, COSMOSS Bas-Saint-Laurent reconnaît l’importance de faciliter le passage des jeunes vers la vie adulte. Les jeunes de 16 à 30 ans, particulièrement ceux qui sont en situation de vulnérabilité, sont visés par les différentes actions mises en place par les partenaires.

L’Engagement jeunesse

L’Engagement jeunesse, une entente interministérielle conclue dans le cadre de la Stratégie de lutte contre la pauvreté, vise à favoriser l’autonomie sociale et professionnelle des jeunes de 16 à 24 ans, en privilégiant la qualification et l’insertion en emploi.

Les objectifs liés à cet Engagement sont :

  • Améliorer les liens entre les différents organismes publics, communautaires et privés qui offrent des services d’accueil, de référence et d’accompagnement des jeunes en difficulté.
  • Réduire les délais avant d’accéder à un service donné.
  • Moduler les programmes, les interventions ou les stratégies dans le but de les rendre davantage complémentaires.

Au Bas-Saint-Laurent, la mise en œuvre de l’Engagement Jeunessese se réalise particulièrement au sein de l’enjeu de l’intégration socioprofessionnelle. Les partenaires investissent leurs énergies autour de trois axes principaux :

  • L’accompagnement du passage à la vie adulte
  • La mobilisation vers l’emploi et la formation
  • L’amélioration de la continuité et de la complémentarité des services offerts aux jeunes âgés entre 16 et 30 ans

Engagement jeunesse

L’Engagement jeunesse vise à améliorer la continuité et la complémentarité des services offerts en matière de santé, de services sociaux, de qualification et d’aide à l’emploi, afin de les rendre plus efficients et plus cohérents. Il poursuit également l’objectif d’accentuer la complémentarité de certaines mesures, dans le but de faciliter la transition des jeunes d’un programme ou d’un service à un autre.

21 agents de liaison travaillent dans les régions du Québec afin d’assurer une meilleure continuité de services aux jeunes.

Le travail de rue : un travail de proximité

COSMOSS collabore depuis 2008, avec les partenaires du milieu, à maintenir et développer la présence de travailleurs de rue dans les huit MRC du Bas-Saint-Laurent. En ce sens, chaque MRC bénéficie d’une équipe de deux travailleurs de rue à temps plein.

L’objectif du travail de rue est d’aider à améliorer la situation de vie des gens rencontrés dans le cadre d’une approche axée sur l’empowerment. Ceux-ci établissent une relation significative avec les jeunes et moins jeunes, dans le respect de leur choix, de leur style et de leurs valeurs en exerçant une présence régulière et continue dans le milieu pour servir de repère et réduire la marginalisation et l’exclusion sociale. Ils sensibilisent également les personnes rencontrées à adopter et maintenir des comportements sécuritaires et non abusifs en regard de leur santé mentale et physique, et ce, en menant des actions à caractère informatif, préventif et éducatif.

Ils accompagnent et supportent les individus dans la réalisation ou la participation à des projets et activités répondant à leurs aspirations afin de les aider à prendre du pouvoir sur leur vie et encourager l’acquisition et le développement de leur autonomie. De par leurs actions, ils préviennent l’émergence des difficultés chez les jeunes, que ce soit au plan familial ou scolaire, au niveau de la socialisation, des groupes d’appartenance, de la vie amoureuse, de la violence ou dans toute autre sphère de leur vie. En ce sens, l’approche préventive et de la réduction des méfaits sont au premier plan.

Le travailleur de rue est aussi amené faire connaître aux gens et démystifier les services existants dans leur milieu qui seraient apte à répondre à leurs besoins, ceci afin d’en favoriser l’utilisation et de référer ou d’accompagner ceux-ci vers les différentes ressources de la MRC.

Deux Ententes de partenariat ont rendu possible le déploiement de services en Travail de rue au Bas-Saint-Laurent. Ces Ententes ont pu se réaliser grâce au support de multiples partenaires financiers dont : L’Agence de la santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent, la Conférence Régionale des ÉluEs, la Commission jeunesse, Emploi Québec, le Centre National de Prévention de la Criminalité, Service Canada, le Ministère de la sécurité publique du Québec, le Programme fédéral de soutien au financement du traitement de la toxicomanie, le Centre jeunesse du Bas-Saint-Laurent, sans oublier l’ensemble des partenaires financiers locaux.